Shared posts

01 Feb 13:22

Modèles de CV pour Writer de LibreOffice saison ultime (?)

by Ysabeau
linusmag

CV :)

Après la première série et la seconde en 2020, voici le cru 2022, déjà évoqué notamment dans ce journal. Un cru dont le dernier modèle est paru le 30 décembre 2022 et qui a été abondant (31 modèles différents), et plutôt globalement bon de mon point de vue.

Pas d’inquiétude, il sera aussi question de quelques astuces sur mon outil d’écriture préféré et de l’avenir (ou pas).

Ribambelle de modèles

Sommaire

De la philosophie générale

Des modèles, s’entend, la philosophie générale, pas de la vie, de l’univers et du reste. Comme les autres années, le principe était d’utiliser les styles au maximum pour la mise en forme, d’indiquer la structure dans le modèle et de proposer un PDF d’un « vrai » CV d’une femme du passé à titre d’illustration.

Cette année, je suis partie de nuances de couleurs pour concocter les modèles, sauf pour le CV Malevitch, d’où leur nom. C’est plus poétique. Tous les modèles, sauf le CV Corail ont deux pages : première page et style de page par défaut de façon à avoir une unité graphique. Toutefois, certains modèles rendent mieux que d’autres sur plus d’une page. À ce sujet, viser une ou deux pages pour votre curriculum vitae, ça vous évitera d’en avoir 142, ce qui est trop même pour un CV académique.

L’idée aussi a été d’essayer de n’utiliser qu’une seule police de caractère autant que faire se peut et d’éviter au maximum d’ajouter des styles personnalisés. C’est vraiment, vraiment quelque chose que je conseille fortement lors de la création de modèles de documents. Ainsi si on désire changer la mise en forme rapidement ce sera plus facile et il y aura moins de retouches à faire. En prime, les modèles peuvent ainsi être internationaux.

Les derniers, et notamment le tout dernier, illustré par le parcours de Mary Fields, esclave affranchie après la guerre de Sécession et première factrice longue distance afro-américaine, elle avait été sélectionnée parce qu’elle était la plus rapide à changer un attelage de chevaux et sans doute aussi parce qu’elle devait proposer un prix « mieux-disant », utilisent beaucoup les sections. Celles-ci ont l’immense avantage sur les cadres que, si on les supprime, on garde le texte, ce qui n’est pas le cas des cadres. Et elles ne posent aucun problème aux robots. Dans le modèle de CV bleu acier, tout dernier de 2023, la première page a deux sections : la première à deux colonnes, dans la deuxième colonne on a une autre section a deux colonnes elle aussi. En fait, même si ça peut être un peu délicat à utiliser, c’est plutôt robuste ça permet de faire évoluer le CV plus facilement.
CV de Mary Fields

Et enfin, un certain nombre des modèles utilise des arrière-plans avec le paramètre « L’arrière-plan recouvre les marges » introduit avec les versions 7. En conséquence, ils ne seront fort probablement pas bien utilisables avec OpenOffice, mais ils mettent, enfin, je pense, bien en valeur ce que peut faire Writer de LibreOffice. Ce qui, en définitive, était l’un des objectifs principaux. Bien évidemment, conçus en utilisant pleinement les fonctionnalités du format ODT, ils ne passent pas terriblement bien sur les suites bureautiques qui n’intègrent pas correctement ce type de format.

De deux trois trucs que vous devriez savoir

Des trucs sur Writer, pas spécialement sur l’art de faire (rédiger) des CV, ce qui a été exposé dans Ces quelques modèles de CV et dont les commentaires ont enrichi le propos.

Des ancres

Rappel : ancrer un objet, cadre, image, formule, voire, mais en plus limité, forme, consiste à le rattacher à un élément. L’objet ancré suivra l’élément auquel il est ancré dans ses évolutions, forcément.

Il y a plusieurs possibilités d’ancrage :

  • à la page,
  • au paragraphe (et donc à un endroit du paragraphe),
  • au caractère, ce qui risque d’interrompre le flux de lecture du texte par les dispositifs d’assistance,
  • comme caractère, ce qui risque de créer des grands blancs dans le texte en fonction de la taille de l’objet, c’est surtout à utiliser pour des éléments de petite dimension.

Selon les types d’ancrages, les paramètres des positions peuvent varier. On peut créer des styles pour à peu près tous les objets sus-indiqués, sauf les formes, avec la configuration de l’ancrage.

Le truc à savoir, et appliquer : une fois que l’élément vous semble au bon endroit, dans l’onglet Position des propriétés de l’image, vous pouvez (avez intérêt à) bloquer la position. L’objet suivra fidèlement le texte auquel il est attaché ou restera fermement sur la page à laquelle il est ancré.

Des encrages

Ou, plus précisément des encrages et des couleurs.

Si le choix des couleurs dans un document peut être important, leurs tons et leur appariement aussi.

Par exemple, vos dégradés subtils et délicats, impeccables sur le moniteur de l’ordinateur risquent de ne pas être imprimés correctement, surtout de disparaître en fait. Il en va de même si le fichier doit être projeté, voire, vu sur un grand écran mais dans des conditions de luminosité différentes. Dans ce cas-ci éviter aussi les nuances trop pâles, soit dit en passant. J’aurais tendance, de ce fait, à suggérer de faire moins subtil et plus contrasté, les yeux fatigués apprécieront et ce d’autant plus que tout le monde n’a pas la même finesse de perception des couleurs, indépendamment des diverses formes de daltonisme.

Et, puisqu’on parle de troubles de perception des couleurs. Il y a des combinaisons de couleur à éviter, dans ce sens : les mettre les unes à côté des autres, les unes sur les autres ou faire des symboles antagonistes. Par exemple « vert ça passe » ou « rouge ça ne passe pas » c’est à éviter. Sauf, évidemment, s’il y a un pictogramme en plus qui permet de différencier les deux couleurs. C’est valable pour les schémas et autres diagrammes.

Grosso modo les combinaisons à éviter (à cette lecture, éviter le vert ou ne l’utiliser que tout seul semble une bonne idée en fait) :

  • rouge et vert ;
  • vert et marron ;
  • vert et bleu ;
  • bleu et violet ;
  • vert et gris ;
  • vert et noir.

Sauf si les deux couleurs sont très contrastées. La nuance se verra. Pour en savoir plus, je suggère de parcourir Les yeux du daltonisme, dont le texte gris est trop pâle pour mes yeux d’ailleurs.

Et pour les curriculums vitae, quelles sont les couleurs conseillées, quelles sont celles à éviter ? Ah ah ! Bonne question.

Or donc, j’ai un peu enquêté sur le sujet. Étant tombée rapidement sur deux sites « spécialisés » dont l’un disait que le rouge était à éviter, l’autre que c’était une bonne couleur pour je ne sais plus quel poste (genre, de direction) sans vraiment d’argument, je n’ai pas cherché plus ! Prenez les couleurs que vous aimez, aucune, ou du bleu qui est souvent passe-partout. Ou encore celles du secteur dans lequel vous voulez travailler. De toute façon, il ne s’agit que de petites touches destinées à attirer l’attention sur votre CV, le reste c’est du pipeau. Ne pas oublier qu’un curriculum vitae, c’est comme une pâtisserie qui doit attirer l’œil à la boulangerie-pâtisserie, mais, si c’est mauvais, comme pour une pâtisserie, malgré le décor, ça restera mauvais.

Des filets

En typographie, un filet est un trait qui sépare des paragraphes, par extension je l’ai vu nommer toute espèce de trait décoratif dans un document. Dans Writer on peut faire cela, et bien plus, avec les bordures, les traits de séparation, les lignes horizontales et même les arrière-plans.

Les bordures ne concernent pas que les tableaux, mais peuvent être affectées à des paragraphes, des caractères, des pages et des cadres. Elles peuvent encadrer tout ou une partie de l’élément concerné et avoir la (ou les) couleur que l’on veut. On peut paramétrer un « Remplissage », qui est la distance entre la bordure et l’élément, paragraphe, caractère, cadre ou page, qu’elle affecte. Les valeurs ne peuvent être que positives.

À noter : l’épaisseur maximum des bordures est de 9 pt et l’épaisseur minimale, 0,5 pt, risque de ne pas passer à l’impression.

Les traits de séparation sont des lignes verticales que l’on peut ajouter entre les colonnes. Ils ont les mêmes limites que les bordures.

Les lignes horizontales sont, en fait, un style de paragraphe standard dans LibreOffice avec une bordure en bas et un caractère très petit. On peut le configurer avec un arrière-plan pour un effet encore plus décoratif.

Et enfin, si tout ça ne va pas, on peut ajouter des arrière-plans pour donner un effet de filet. Mais surtout on évitera comme la peste de souligner un texte pour ce faire.

Du modèle Europass

Le CV Europass c’est un dispositif de l’Union européenne qui permet de créer des CV en ligne, et qui est bien connu des établissements d’enseignement et de certains employeurs. C’est un dispositif utile quand on cherche un emploi à l’étranger, surtout dans l’Union européenne. La banque de CV Europass accepte trente langues !

Il y a quatre modèles deux en deux colonnes et deux en une seule.

Dans l’ensemble, l’idée est remplir le CV en ligne, c’est parfois assez contraignant. Du genre il faut indiquer les dates de début et de fin des formations, l’année du diplôme ne suffit pas. On peut stocker son CV sur le site d’Europass où il figurera aussi sur EURES, le portail de l’emploi européen. Si vous connaissez Linkedin, c’est un peu le même type de formulaire, pas très souple. Le grand intérêt, c’est que les compétences linguistiques sont plutôt clairement définies dans Europass.

Le CV est en ligne et on ne peut télécharger qu’un PDF1 avec le fichier XML intégré, toutefois. La procédure est, de fait, assez pénible quand on veut modifier le CV puisque c’est en ligne. On n’a pas de vue globale du document final, sauf en le téléchargeant, comme pour tout formulaire en ligne en fait. Et, évidemment, si on n’a pas créé de compte, on ne retrouve plus les informations sur le site d’Europass.

Des statistiques

Peut-être plus pour ma gouverne que pour la vôtre, mais c’est assez intéressant (!?).

J’aurais donc produit en tout cinquante-et-un modèles de CV dont trois avec des variantes de couleur : dix-huit en 2020, deux en 2021 et trente-et-un en 2022. Parmi ces CV, il y en a seize dont la mise en page requiert une photo, six pour lesquelles elle est facultative et vingt-neuf sans.

Les trois modèles les plus populaires sont, dans l’ordre décroissant :

  • le CV filets turquoise, illustré par celui de la cantatrice Régine Crespin, qui est un modèle inspiré d’un modèle fait sur LaTeX et qui a une mise en forme très proche d’un des modèles Europass, d’où le succès je pense ;
  • le CV Ambre, illustré par la vie de la joueuse de tennis Suzanne Lenglen, j’avoue que je n’arrive pas bien à comprendre pourquoi il se détache du lot ;
  • le CV jade mis en valeur par le CV de Julienne Salvat, enseignante, femme de lettres et comédienne, dont une part du succès vient du site d’un designer brésilien qui en a parlé.

Les plus populaires de 2022 :

  • le CV bleu paon illustré par le parcours de Marion Créhange et je n’arrive pas à savoir, de moi ou de Marion, laquelle des deux vaut ce succès (bon c’est un modèle à la fois classe, élégant et moderne, de mon point de vue) ;
  • le CV céladon à l’effigie de Marie Curie, qui a été utilisé d’après ce que m’ont dit trois pères par leur fille (pourquoi que des pères et que des filles, mystère) ;
  • Le CV bleu canard et givre dont la vie de Susette La Flesche Tibbles, amérindienne et militante pour les droits des Amérindiens sert d’illustration.

Le tout dernier, le modèle bleu acier semble bien parti pour figurer au haut de l’affiche (mais, va savoir).

Et mes préférés, je les ai tous utilisés pour mes besoins personnels, mais en bleu évidemment :

Concernant les personnes qui ont illustré ces modèles, celle qui a vécu le moins longtemps a été Jeanne d’Arc, elle n’a vécu que dix-neuf ans. Ce n’est pas le modèle le plus réussi du lot (pas le moins inspiré non plus d’ailleurs). Celle qui a vécu le plus longtemps, est la botaniste Shiu-Ying Hu dont le modèle est en deux colonnes avec plusieurs sections. Elle a vécu jusqu’à cent-deux ans.

Il y a quatorze professions scientifiques dont deux informaticiennes : Marion Créhange et Frances Allen qui illustre un modèle dont je ne suis pas terriblement fière à vrai dire. Mais bon. Pour le reste, il y a dix artistes (tous arts confondus, dont cinq peintres plus Mondrian qui ne compte pas parce que c’est un homme), cinq politiciennes et militantes pour les droits humains, quatre professionnelles de santé, quatre écrivaines ou journalistes, deux pédagogues et divers autres : transport, piraterie (une seule si ça peut vous rassurer, mais avec une énorme flotte), architecture, etc. Sachant qu’un certain nombre d’entre elles ont pu cumuler, mais je n’ai retenu qu’une profession. Et j’ai essayé de diversifier les origines.

Alors oui, Ada Lovelace n’a pas son modèle de CV, mais elle a sa poupée et le modèle de tricot qui va avec.

Certains noms m’avaient été suggérés dans les commentaires de ce journal. Ils m’ont inspiré ces modèles :

Des autres feuilletons de la série

Le premier journal présentait la série Ces quelques modèles de CV. Il y a des conseils dans le journal sur l’art de faire un CV. Et d’autres, tout aussi judicieux, dans les commentaires. Je ne saurais que trop vous conseiller de les lire.

Dans Les doigts dans l’engrenage fatal, il était question de l’art et la manière de faire des marques de niveaux. Depuis, le tutoriel a été abondé d’une quatrième façon d’en faire avec des graphiques. C’est utilisable aussi dans d’autres documents, évidemment.

Dans le journal Hey, les quadra, vous êtes obsolètes, il était surtout question de certains préjugés en matière de recrutement. Dans les commentaires, tous intéressants, cela va de soi, il est aussi question de la raison pour laquelle, faire un CV est toujours d’actualité ou de comment décrocher les jeunes de leur téléphone pour les attirer vers l’ordinateur. On n’a malheureusement pas la réponse à cette problématique, mais, peut-être, des pistes. Ce qui nous offre une transition pour la suite.

De la fin ou de la suite

Est-ce la fin de cette production de modèles de CV ? A priori oui, sauf que… D’une part j’ai peut-être deux-trois idées sous le coude, mais j’ai épuisé, en revanche, toute ma palette de nuances à exploiter. D’autre part, il m’est venu une idée, après cet épisode où une mère d’un enfant mineur de 14 ans2 à qui on réclamait un CV pour un stage d’observation de 3e, légèrement agacée a fait un CV « décalé » et fait parler d’elle aussi.

Des réactions à cette histoire sur Linkedin, certaines comprenaient le problème, d’autres trouvaient normal de réclamer un CV à un enfant de cet âge en arguant du fait qu’il aurait pu parler de ses loisirs (donc de quelque chose de privé) afin que l’entreprise (pour un stage d’observation !) voit ce que l’adolescent peut lui apporter. Soit dit en passant, les gens qui commentaient dans ce sens devaient n’avoir jamais entendu parler de Python qui, pourtant, figurait sur le CV…

Peut-être que je pourrais proposer quelques modèles : lettre de motivation-pas vraiment CV à destination de ce public qui donnerait à la fois des mises en forme et des conseils sur le contenu. Qu’en pensez-vous ? Il y en a parmi vous qui ont des enfants (et pas de que des filles). Quel est votre avis sur le sujet ?

Il y a aussi d’autres types de modèles sur lesquels je pourrais me concentrer. Les documents longs peut-être, notamment en produisant un modèle de document long assorti à un modèle de CV, voire, complété par un modèle de présentation. Ce qui serait pas mal pour les personnes qui doivent fournir des dossiers de projet. Faire aussi des modèles de rapports de stage. Votre avis est bienvenu.

En attendant, j’ai déjà publié deux modèles, toujours pour Writer, un de mini-livre avec une petite histoire, celle de Capuchine et George pour illustrer le modèle. Le pdf est au format hybride afin de pouvoir écrire une suite. D’aucune, sur Mastodon, l’a qualifié de REL (indice, ce n’est pas un Réacteur à Eau Légère).

Capuchine et George

Et un pour livre au format B6, pour les autoéditions par exemple. Là encore, il, y a un vrai document illustratif, le livret Du granit à l’électron qui, cela ne vous étonnera pas, traite rapidement de l’histoire de l’écriture pour ensuite faire une rapide initiation à Writer de LibreOffice.

Du granit à l’électron

Des remerciements et du reste

Déjà un très grand merci à toutes celles et ceux qui ont lu mes précédents journaux et dépêches sur le sujet et les ont commentés.

Ensuite, quelques-unes de mes sources d’inspiration :

  • les Extensions de LibreOffice, site sur lequel mes modèles sont aussi publiés, merci à Heiko Tietze qui les valide ;
  • OpenOffice Templates, qui n’est pas lié à OpenOffice et qui propose une bonne collection de modèles de qualités techniques diverses ;
  • CVTemplates.net, qui, curieusement surtout que le site semble dater de 2009, présente ses modèles au format « .doc » ;
  • les modèles de LaTeX Templates dont j’ai adapté certains pour Writer ;
  • les modèles de Chimrod, dont je me suis servie pour le modèle Garance et bleu horizon.

Avant de vous laisser vaquer, vous constaterez que mes deux sites ont été refondus pour revenir à des mises en forme plus légères. Il reste deux-trois trucs, que je ne sais pas faire, à peaufiner, mais ça fait du bien de revenir aux fondamentaux si je puis dire.


  1. Du moins quand on n’a pas créé de compte, je ne sais pas si avec un compte c’est possible.  

  2. Dont les données privées sont d’autant plus sensibles que c’est encore un enfant. 

Commentaires : voir le flux Atom ouvrir dans le navigateur

03 Jan 13:18

Tours du Monde, Tours du Ciel

by Dr Eric Simon
linusmag

\o/

 


03 Jan 13:01

Ventoy 1.0.86: bypass Windows 11 hardware and online account requirement enabled by default

by Martin Brinkmann
linusmag

M$ !!!

Ventoy 1.0.86 is the latest version of the open source tool to create bootable media using disk image formats such as ISO or IMG. Ventoy supports the placing of multiple disk images on a single USB drive, which makes it an excellent option to run different versions / installers of Windows or Linux from a single device.

ventoy 1.0.86

The new Ventoy version improves the installation of Microsoft's Windows 11 operating system further. The main improvement in the new release enables two Windows 11-specific bypass options by default.

  • VTOY_WIN11_BYPASS_CHECK -- this bypasses the hardware compatibility checks that Windows 11 performs during installation of the operating system. Ventoy creates several Registry keys to bypass checks for TPM, CPU, Secure Boot and RAM during setup of the operating system. The feature was introduced in Ventoy 1.0.55, but it had to be enabled manually by the user.
  • VTOY_WIN11_BYPASS_NRO -- this bypasses the online account requirement of Windows 11. Users may set up a local account during installation of the operating system instead.

The functionality was introduced in earlier versions of Ventoy, but the new default behavior improves things for users considerably. Since it is enabled by default, it works right away. Users who don't want these applied need to override the default values using Ventoy's global control plugin.

Tip: you can check out my guide on using local accounts on Windows 11 here, and the guide on bypassing the creation of a Microsoft Account during Windows setup here.

Windows 11 users are now able to install the operating system on unsupported hardware, run upgrades, and bypass the online account requirement.

Ventoy 1.0.86 includes several fixes and improvements next to that. Noteworthy is Ventoy2Disk.exe's support for command line mode and new menu languages.

You can check out the full changelog here.

Ventoy is not the only bootable media tool that can bypass Windows 11 requirements. There is also Rufus, which includes similar functionality to do so.

As a note: Windows 11 installations on unsupported hardware run fine for the most part. Monthly cumulative updates install without issues, as no hardware compatibility checks are performed. New feature update installations, like Windows 11 version 22H2, do perform compatibility checks and do require these bypasses again, however.

Now You: do you use Ventoy or Rufus? (via Deskmodder)

Thank you for being a Ghacks reader. The post Ventoy 1.0.86: bypass Windows 11 hardware and online account requirement enabled by default appeared first on gHacks Technology News.

03 Jan 12:59

Piratage Adecco : des données personnelles et bancaires (IBAN) dans la nature

linusmag

:( :(

Suite à un piratage, Adecco a lancé début novembre une enquête. La société donne de plus amples informations : « certaines de vos données personnelles présentes dans un de nos systèmes d’informations (noms, prénoms, adresses emails, numéros de sécurité sociale et coordonnées bancaires) ont été potentiellement divulguées ». La prudence est de mise. 

Début novembre, Adecco était victime d’un piratage. Dans la foulée, « des centaines d'intérimaires des agences d'emploi Adecco se dis[aient] victimes d'un prélèvement sur leur compte bancaire d'un montant de 49,85 euros », comme l’expliquaient alors plusieurs de nos confrères.

Même son de cloche du côté de la CGT Adecco : « Suite au piratage qu'a subi Adecco, plusieurs salarié(e)s ont subi des prélèvements frauduleux ont eu lieu sur les comptes bancaires de salarié(e)s ». Le syndicat annonçait également saisir « la direction de Adecco pour lui sommer de s'expliquer et de prendre des mesures drastiques pour la protection des données ».

La CGT en mode « Coïncidence ? Je ne pense pas... »

De son côté, la société confirmait le piratage et publiait une « réaction » officielle : « plusieurs témoignages sur les réseaux sociaux faisant état de prélèvements d’une somme de 49,85 euros par la société "Solfex France SASU", que nous ne connaissons pas et qui n’appartient pas au groupe Adecco ».

La société d’intérim ajoutait qu’une enquête interne était ouverte, mais que, « à ce jour, aucun lien n’a été établi entre ces prélèvements frauduleux effectués par une société tierce et les missions de nos intérimaires ». Elle ajoutait poursuivre son enquête, collaborer avec les autorités compétentes et mettre « en place tous les dispositifs pour accompagner au mieux » les intérimaires.

Une communication tardive, selon CGT Interim : « Quand on est précaire, 49,85 euros, ça compte. Visiblement, pas pour la direction de Adecco qui a tardé à communiquer, et c'est la presse qui s'est emparée du sujet. Devant le tollé médiatique, la direction de Adecco a juste dit "aucun rapport de cause à effet entre le piratage et les prélèvements, on a rappelé la procédure à suivre"... Or, diverses pistes laissent voir que ces données ont bien fuité sur le darknet, et ce dès le lendemain de la constatation du piratage, et les prélèvements ont commencé... ».

Le syndicat s’inquiétait : « si d'autres données ont fuité (ce que nous craignons le plus), les faits déjà graves peuvent encore s'aggraver ». Même chose à la CFDT : « La question de la sécurité informatique se pose, quid de nos données personnelles et bancaires ? ».

Depuis, les choses s’étaient tassées, mais de nouvelles précisions ont été envoyées aux intérimaires concernés. Contactée, la société nous confirme qu’une enquête de police judiciaire est toujours en cours et qu’elle ne peut donc pas donner tous les détails. 

Noms, emails, numéros de sécu et coordonnées bancaires

À la veille du week-end de Noël, certains candidats et intérimaires ont reçu un email ; ils avaient déjà été contactés dès début novembre, nous affirme la société. Dans ce message – dont nous avons une copie – l’entreprise explique avoir « été victime d’une tentative d’extraction de données » :

« Certaines de vos données personnelles présentes dans un de nos systèmes d’informations (noms, prénoms, adresses emails, numéros de sécurité sociale et coordonnées bancaires) ont été potentiellement divulguées. Nous le regrettons profondément et vous présentons toutes nos excuses pour les difficultés que cela pourrait occasionner ». 

Les risques liés aux IBAN dans la nature

Il n’est pas précisé quelles sont les « coordonnées bancaires », mais plus loin dans son email Adecco conseille de « prévenir votre banque de la divulgation potentielle de votre IBAN ». Comme le rappelle la Banque de France (page 41), « l’IBAN est considéré en France comme une donnée pouvant faire l’objet de détournements frauduleux ».

L’institution détaille deux modes opératoires :

  • « Acheteur frauduleux : un fraudeur peut remplir un mandat de prélèvement avec un IBAN usurpé. On parle alors d’usurpation d’IBAN pour la souscription d’un service. Cette fraude s’intègre souvent dans des schémas d’usurpation d’identité.
  • Créancier frauduleux : un fraudeur se fait enregistrer en tant que créancier par une banque et demande un identifiant de créancier SEPA (ICS), qui lui permet ensuite d’initier des prélèvements illégitimes sur la base d’IBAN collectés frauduleusement ».

Bien évidemment, Adecco précise une nouvelle fois avoir « pris les mesures nécessaires pour pallier cette situation et sécuriser encore davantage les données qui [lui] sont confiées, en modifiant notamment l’organisation de [ses] systèmes d’information tant sur le plan technique que fonctionnel ».

Adecco attend le résultat de l’enquête de police judiciaire

Nous avons contacté le service presse qui – fait suffisamment rare pour être souligné – a répondu à nos questions moins de 30 minutes après notre première demande. La société nous confirme pour commencer qu’il s’agit bien de « la suite de ce qui s’est passé en novembre ». L’enquête ayant avancé, de nouvelles informations sont envoyées aux intérimaires, particulièrement avec le détail des données concernées par la fuite.

Nous n’aurons pas de précisions supplémentaires, notamment sur le nombre de personnes touchées, les causes de cette fuite et la délicate question des prélèvements frauduleux, car « une enquête de la police judiciaire » est toujours en cours. « Nous, à ce stade, on ne peut pas commenter […] C’est l’enquête de la police judiciaire qui va déterminer tout cela », ajoute simplement la société.

Les conseils d’Adecco

Dans l’email de la semaine dernière, Adecco donne des conseils pour se prémunir d’éventuelles fâcheuses conséquences. Tout d’abord, « prévenir votre banque de la divulgation potentielle de votre IBAN (coordonnées bancaires) et d’identifier avec elle les moyens adéquats pour prévenir tout risque d'agissement frauduleux à votre détriment ». 

Pour le reste, il s’agit de conseils assez classiques sur les risques de phishing. Dans ce genre de situation, c’est un peu toujours la même chose : des personnes malintentionnées pourraient essayer de se faire passer pour Adecco (en s’appuyant sur les données ayant fuité).

La société indique enfin une adresse email et un numéro de téléphone gratuit pour toute question ou demande d’aide liées à cet incident. 

27 Oct 11:30

Comment contourner la vérification d’age de Youtube ?

by Korben
linusmag

(i) Résoudre l'équation : X >= 18

Si vous êtes adulte et que vous avez un compte YouTube, vous n’avez sûrement jamais remarqué que sur certaines vidéos, exigeait une confirmation d’âge. Mais quand on n’est pas loggé et qu’on souhaite visionner un clip ou un court métrage avec un peu de violence dedans (y’a pas de nichons sur YouTube) bien pas moyen.

Et ça, c’est bien relou. Heureusement, il existe une extension / userscript pour Firefox / Chrome / Edge qui détourne l’API de Google pour accéder anonymement aux vidéos de YouTube dont l’âge est limité.

Histoire d’assurer le coup, au cas où les méthodes de contournement de l’API ne fonctionneraient pas, un serveur proxy est également utilisé. Cela permet de regarder tous les types de vidéos dont l’âge est limité sur YouTube et YouTube Music sans vérification de l’âge et sans avoir besoin d’être connecté.

Parfait ! Et bien sûr si vous êtes mineur, je ne vous recommande pas d’installer ce genre de chose, car ce genre de blocage est en place pour vous protéger d’images violentes qui pourraient vous marquer. Quoiqu’il en soit, si vous voyez quelque chose de choquant sur Internet, parlez-en à un adulte et ne restez pas avec ça sur le cœur, ce n’est pas bon.

A télécharger ici.

05 Oct 13:11

Quantique : le Français Alain Aspect, John F. Clauser et Anton Zeilinger lauréats du Nobel de physique

linusmag

Quanta :)

Ils sont récompensés par le plus prestigieux des titres pour « leurs travaux expérimentaux sur l’intrication qui ont permis d’appréhender le cœur de la théorie quantique », explique le CNRS. Alain Aspect a multiplié les distinctio...
27 Sep 16:39

Récupérez des fichiers supprimés ou perdus sous Windows avec WinfrGUI

by Korben
linusmag

\o/

Quand on me demande quel outil j’utilise pour tout ce qui est récupération de fichiers perdus ou supprimés, j’en recommande 2 que j’aime beaucoup : Disk Drill pour macOS (payant) et Testdisk pour tous les OS (mais en ligne de commande).

Pour Windows, Microsoft pousse également Windows File Recovery qui est également un outil à utiliser en ligne de commande. Mais aujourd’hui, je vous propose un équivalent en termes de fonctionnement qui dispose d’une interface : WinfrGUI.

Ce logiciel gratuit et sans pub pour Windows 10 / 11 propose 2 modes de scans de fichiers perdus et est capable de récupérer tous les types de fichiers (office, zip, images, mp3…etc.). Évidemment, cela fonctionne avec votre disque dur, mais aussi n’importe quelle clé USB ou carte SD peu importe que ce soit en NTFS, FAT, exFAT ou encore ReFS.

Bref, que vous ayez formaté un support par erreur ou que celui-ci soit endommagé, ça vaut le coup d’essayer avec cet outil téléchargeable ici.

19 Sep 12:18

A la découverte de Bun, le futur remplaçant de NodeJS ?

by Korben

— Article en partenariat avec talent.io —

Tout le monde en parle mais peu l’ont encore testé. Je vous propose qu’aujourd’hui, nous partions à la découverte de Bun.sh.

En effet, quand on travaille en tant que développeur, c’est important de se tenir informé de l’évolution des technologies comme Bun ou NodeJS. De la même manière, quand on cherche à évoluer dans son travail, il est bon de connaître la grille des salaires en France. Ça tombe bien puisque talent.io a mis en ligne une étude des salaires de la tech en 2022 pour que vous puissiez déterminer si votre salaire est correct ou sous évalué.

Mais revenons à nos moutons. Présenté comme le nouveau NodeJS, Bun est une plateforme javascript qui contrairement à NodeJS n’utilise pas le célèbre moteur Chromium V8 mais JavascriptCore. Il s’agit d’un framework dérivé de KJS (le moteur JS de KDE) utilisé pour les implémentations Webkit au sein de macOS.

La philosophie derrière Bun.sh c’est de fournir un runtime javascript qui démarre rapidement et qui dispose d’excellents niveau de performances. Beaucoup plus que NodeJS ou encore Deno. Cela n’est pas étonnant car en plus de l’utilisation de JavascriptCore, Bun est codé en Zig, un langage de programmation bas niveau qui offre de bonnes performances.

De plus, c’est un outil qui se veut complet puisqu’il est à la fois un gestionnaire de paquets (un client npm plus rapide que l’original ou que yarn), un bundler et un transpiler qui comprend à la fois le JSX et le Typescript. Il implémente des centaines d’API NodeJS et API Web ainsi que 90% des fonctions natives de NodeJS comme Node-API, fs, path, buffer…etc.

Même si Bun apporte un énorme gain en matière de performances pure mais également un gain de temps grâce à son aspect tout en un, il est encore très jeune puisque sa beta est sortie en juillet 2022.

Je vous propose quand même un petit tutoriel pour installer et tester Bun.sh.

Comment installer Bun.sh

Pour déployer Bun.sh sur votre machine, ouvrez un terminal sous macOS, Linux ou Windows WSL et entrez la commande suivante :

curl https://bun.sh/install | bash

En toute logique, le script d’install a ajouté la ligne suivante à votre $PATH dans le fichier ~/.zshrc :

~/.bun/bin

Dans votre terminal zsh (exec /bin/zsh), lancez alors la commande suivante pour vérifier que bun se lance correctement :

bun --version

En lançant la commande :

bun --help

Vous verrez également les commandes disponible au sein de Bun comme « run » pour lancer du JS, « dev » pour démarrer un serveur de développement, « create » pour créer un projet Bun à partir d’un template…etc

Votre premier script Bun

En guise de test, nous allons d’abord créer un serveur http qui diffusera notre hello world comme ceci dans un fichier .js :

export default {
    port: 3000,
    fetch(request) {
        return new Response("Hello World from Bun!");
    },
};

Puis on lance ce fichier .js avec la commande « bun run ». C’est la même commande qui permet d’exécuter des fichiers JavaScript et TypeScript ainsi que les scripts de package.json. En remplaçant « npm run » par « bun run », vos lancements seront 30 fois plus rapides.

Pour info, j’ai nommé mon script : buntest.js.

bun run buntest.js

Rendez-vous ensuite sur l’adresse localhost:3000 avec un navigateur et vous verrez le Hello World s’afficher :

Bun comme gestionnaire de paquets

On va maintenant s’intéresser à l’aspect gestionnaire de paquets de Bun, qui remplace yarn ou npm install et permet d’installer des paquets 20 fois plus rapidement. Par exemple, si je veux installer une lib et ses dépendances, je n’ai qu’à lancer la commande :

bun install nom_de_la_lib

Exactement comment on le ferait avec la commande npm.

Deployer une app avec Bun

Si dans votre terminal, vous tapez la commande suivante :

bun c

Vous verrez une liste de templates de projets que vous pouvez créer avec Bun. Par exemple, pour créer un projet react, il vous suffira d’entrer la commande :

bun create react ./react-app

Une fois le template déployé, faites un :

cd react-app

Puis lancez le serveur de dev :

bun dev

Puis en vous rendant sur l’url : http://localhost:3000, vous verrez la page d’accueil de votre nouveau projet React.

Conclusion

Voilà pour la mise en place et l’utilisation de Bun. Sur le fonctionnement, c’est très similaire à NodeJS mais c’est surtout très rapide. Toutefois, j’ai bien senti que c’était encore en beta car j’ai croisé quand même quelques bugs (également documentés sur leur github) et même un segfault. Donc Bun est encore loin de balayer NodeJS mais une fois que ces problèmes de jeunesse auront été résolus, ce sera un excellent runtime javascript.

Bun n’est donc pas à utiliser en production pour le moment car il y a encore quelques gros problèmes, sans parler de l’absence de minification du code dans le bundler. Ce n’est donc pas encore optimal. Mais c’est un projet à surveiller car il avance vite et se veut très prometteur.

Maintenant si vous pensez que techniquement, vous stagnez dans votre emploi actuel, vous avez peut-être envie de changer de job pour continuer à évoluer dans les technologies, ou obtenir un meilleur salaire. C’est une démarche qui peut s’avérer assez compliquée, stressante parfois, tant on a envie de trouver un travail qui nous corresponde. On peut souhaiter avoir un travail plus proche de chez soi voire en télétravail complet, un meilleur salaire, une meilleure ambiance au travail, ou même tout ça à la fois (mais ce n’est pas forcément facile à trouver).

Heureusement, talent.io est là pour vous aider. Il vous suffit de créer un compte sur la plateforme talent.io en quelques clics pour ensuite recevoir des offres de la part d’entreprises qui correspondent à vos critères précis et qui affichent un salaire d’entrée de jeu. talent.io est vraiment le moyen le plus simple de trouver son prochain job tech, d’ailleurs les inscrits trouvent leur emploi en 20 jours en moyenne.

15 Sep 15:32

📰 Revue de #presse — été 2022 ☀️

by Florent Zara
linusmag

Linux Lecture ;)

En pleine torpeur estivale, il n’est pas trop tard pour vous plonger dans vos numéros doubles des sorties de l’été, à défaut de plonger dans la mer ou la piscine. Voici donc un petit tour subjectif et parti{e,a}l de la presse-papier sortie depuis fin juin, début juillet, celle que vous pouvez encore trouver dans vos kiosques à journaux préférés.

Image une de Journal

Les nouveautés de cet été 2022 :

  • GNU/Linux Magazine France no 258 plonge déjà dans le méta-verse ;
  • Linux Pratique no 132 sécurise les serveurs à l'aide de la foule ;
  • MISC magazine no 122 adopte le DevSecOps ;
  • Hackable no 43 économise l’énergie ;
  • Planète Linux no 127, moins sérieux, joue sous Linux pendant ses vacances ;
  • MagPi no25 décortique les atouts du Raspberry PI.

Et toujours disponibles :

  • La fournée des Linux Identity Set et Pack no 52 et 51 respectivement, qui recyclent trois à quatre de leurs précédents magazines, chacun liés à une distribution plus ou moins récente, avec leur lot de DVD double face…

Les sommaires des numéros sortis cet été 2022

Mosaïque des couvertures GLMF 258 Mosaïque des couvertures LP132 Mosaïque des couvertures PL127
Mosaïque des couvertures MISC122 Mosaïque des couvertures HK43 Mosaïque des couvertures MagPI 23

GNU/Linux Magazine numéro 258

Au sommaire de ce numéro de juillet - août 2022 :

  • Pourquoi utilise-t-on GNU/Linux ? Vraiment ?
  • Créer un Escape Game VR avec Godot ;
  • DaC ou pas DaC : comment vont vos diagrammes ?
  • Tests unitaires avec Jest ;
  • Découverte et prise en main de Kivy ;
  • Le namespace cgroup ne sera pas le dernier de la lignée.

Linux Pratique numéro 132

Au sommaire de ce numéro de juillet - août 2022 :

  • Une Arch Linux à la croisée de la puissance, du fonctionnel et de l’esthétique : Garuda ;
  • Ressuscitez vos machines virtuelles défaillantes ;
  • Sauvegardes avec PostgreSQL ;
  • Détecter et bloquer les attaques avec CrowdSec, l’IPS/IDS communautaire ;
  • Présenter avec Marp ;
  • La migration de Drupal 7 : vers Symfony ou l’au‑delà ?
  • Introduction aux tests d’intégration pour Ansible avec Molecule.

MISC Magazine numéro 122

Au sommaire de ce numéro de juillet - août 2022 :

  • Utilisation malveillante de l’API d’accessibilité sur Android ;
  • Collecte d’informations pour une opération Red Team ;
  • Investiguons dans Kubernetes ;
  • Dossier : Adopter le DevSecOps ;
    • Principes d’organisation du DevSecOps ;
    • Les indicateurs dans le DevSecOps ;
    • Retour d’expérience sur la mise en œuvre du DevSecOps ;
  • L’attaque des logs ;
  • Un défi laid : retour sur la conception d’un challenge de reverse ;
  • Le Threat Hunting avec osquery et fleet.

Hackable numéro 43

Au sommaire de ce numéro de juillet - août 2022 :

  • Intercorrélation par transformée de Fourier rapide sur microcontrôleur sous FreeRTOS, et les pointeurs de pointeurs ;
  • Linux sur STM32F746 avec Buildroot : une bien mauvaise idée ;
  • Réduisez la consommation de vos montages ;
  • Exécution d’anciennes applications binaires sur un GNU/Linux récent : l’exemple Quartus II ;
  • Instrumentez votre analyseur logique avec libsigrok ;
  • Brancher un téléphone à cadran sur une box : conversion du codage décimal par impulsion en codage Dual Tone Multi Frequency (DTMF) ;
  • Verilator, le simulateur Verilog le plus rapide du monde.

Planète Linux numéro 127

Au sommaire de ce numéro de juin - juillet 2022 :

  • L'actualité Linux du moment ;
  • Android-x86 9.0 r2  ;
  • Nitrux 2.1.1 ;
  • NixOS 21.11 ;
  • Fedora Linux 36 ;
  • M.A.O Découvrez Reaper ;
  • 9 jeux pour Linux ;
  • Chiffrer ses données ;
  • Comparatif : Visualiser l’occupation des disques durs ;
  • Comparatif : Séparer les instruments d’une chanson ;
  • Détecter une intrusion SSH ?
  • Cloner sa partition avec FSArchiver ;
  • Prise en main de Scribus ;
  • Micro Facturier pour les auto-entrepreneurs ;
  • Plusieurs distributions sur une seule avec Distrobox ;
  • Tourner une vidéo avec OBS Studio ;
  • Des logiciels pour tout faire ;
  • Astuces : Améliorez votre expérience Linux ;
  • C'est quoi un NFT ?

MagPi numéro 25

Au sommaire de ce numéro de juillet - août 2022 :

  • Coup de projecteur A
    • Les atouts cachés du Raspberry Pi ;
    • Petit bain d’électronique ;
  • Projets
    • Raspberry Pi 3 géant ;
    • Bornes d’arcade Fancy Octopus ;
    • Générateur de formes d’onde arbitraires ;
    • Pica et Dot (petits robots) ;
    • Badge de conversion de la parole en texte  ;
    • Cassette ZX Spectrum ;
    • Droïde Kimberlina ;
    • Radio à remonter le temps ;
    • M4All (microscope) ;
  • Tutoriels
    • Initiez-vous à l’électronique ;
    • Trombine en LEGO® animée par IA ;
    • Fabrication d’un jeu de quiz ;
    • Apprenez le langage assembleur ARM, 1ʳᵉ partie ;
    • Station audionumérique ;
    • CDP Studio, 1ʳᵉ partie : déclencher des effets avec des LED ;
  • Coup de projecteur B
    • Astrophotographie avec Raspberry Pi ;
  • Interview
    • Interview : Liz Upton ;
    • Interview : Mike Cook ;
  • Banc d’essai
    • Boîtier Argon EON ;
    • Kit HAT météo + capteurs météo ;
    • Badger 2040.

Commentaires : voir le flux Atom ouvrir dans le navigateur

15 Sep 15:31

📰 Revue de presse — septembre 2022

by Florent Zara
linusmag

Lecture :)

C'est la rentrée des classes, la reprise après la pause estivale et la sortie de la nouvelle fournée de vos magazine favoris. Voici donc un petit tour subjectif et parti{e,a}l de la presse-papier sortie en ce début septembre, celle que vous pouvez encore trouver dans vos kiosques à journaux préférés.

Image une de Journal

Les nouveautés de septembre 2022 :

  • GNU/Linux Magazine France no 259 développe pour Kubernetes ;
  • Linux Pratique no 133 crée son autorité de certification privée ;
  • MISC magazine no 123 patche comme un fou, dans le respect des processus de sécurité bien sûr ;
  • Hackable no 44 donne son Go à la programmation de micro-contrôleurs ;
  • Planète Linux no 128 s'aventure dans le 100% libre ;
  • MagPi no26 prend la pose pour la photo.

Les sommaires des numéros sortis en cette rentrée scolaire 2022

Mosaïque des couvertures GLMF 259 Mosaïque des couvertures LP133 Mosaïque des couvertures PL128
Mosaïque des couvertures MISC123 Mosaïque des couvertures HK44 Mosaïque des couvertures MagPI 26

GNU/Linux Magazine numéro 259

Au sommaire de ce numéro de septembre - octobre 2022 :

  • Jouons avec les Linux Pluggable Authentication Modules
  • Kubernetes : comment éviter une catastrophe involontaire ?
  • Développez un plug-in pour sudo pour mieux contrôler son utilisation et implémenter (simplement) vos idées originales !
  • L'interminable quête du parfait petit checksum : analyse comparée
  • Retour d'expérience sur la gestion d’options non standard de programmes en C.

Linux Pratique numéro 133

Au sommaire de ce numéro de septembre - octobre 2022 :

  • Optimisez votre système avec tuned
  • BastilleBSD : la gestion d’applications en conteneur avec FreeBSD
  • Sécurisation d’un site web de type WordPress à l’aide de CrowdSec
  • Smallstep, une autorité de certification moderne et facile d’accès
  • Nushell : un shell en Rust qui décape
  • Rendre ses scripts « Bash » plus fiables
  • Conception d’un pilote délégué pour Molecule.

MISC Magazine numéro 123

Au sommaire de ce numéro de septembre - octobre 2022 :

  • Objection votre honneur, l’IPA n’était pas coupable
  • Azure AD/Office 365 : le point de vue de la réponse à incident
  • La sécurité des bornes de recharges électriques
  • Déploiement de correctifs à l’aide d’Ansible
  • Analyse statique et automatisée de code
  • Dépilons les couches de CVE
  • Une nouvelle génération de rootkits sous Linux
  • Le bourbier des dépendances : confusion et sabotage
  • Alcasar : le NAC autoproclamé.

Hackable numéro 44

Au sommaire de ce numéro de septembre - octobre 2022 :

  • Programmez vos Raspberry Pi Pico en Go !
  • Pico-Clock-Green : un réveil à base de Raspberry Pi Pico
  • Le récepteur de radio logicielle RSP1 : 8 MHz de bande passante pour moins de 20 euros
  • NetBSD sur Pi : construisez vos paquets
  • AlertBox : un boîtier d’alerte multifonctions
  • Contrôlez votre pompe à chaleur selon la période tarifaire EDF
  • Transformez votre vieille Game Boy en console de salon HDMI.

Planète Linux numéro 128

Au sommaire de ce numéro d'août - septembre 2022 :

  • L'actualité Linux du moment ;
  • Distrib : Porteus 5.0 rc3 ;
  • Distrib' : KaOS 2022.06 ;
  • Distrib : Linux Mint 21 Vanessa ;
  • Ecoconso : Une histoire de Watts ;
  • 100% Logiciel Libre, c'est possible?
  • Configuration express de Firefox ;
  • Pi-Hole: bloqueur de pub pour tout le réseau ;
  • Sécurité : Fuites DNS et VPN ;
  • Les systèmes de fichiers ;
  • Configurer Urxvt pour le rendre utilisable ;
  • Réussissez vos diagrammes avec LibreOffice ;
  • Configurer Fedora 36 ;
  • Surveillance du trafic ;
  • Prendre en main Pamac ;
  • Donnez un coup de frais à Xfce avec Twister UI ;
  • Logithèque : Des logiciels pour tout faire ;
  • Astuces : Améliorez votre expérience Linux ;
  • L'informatique supprime les propos nuisibles.

MagPi numéro 26

Au sommaire de ce numéro de septembre - octobre 2022 :

  • Coup de projecteur : photographie avec le Raspberry Pi ;
  • Production et chaîne d’approvisionnement : conjoncture actuelle ;
  • Mise à jour de Raspberry Pi OS Bullseye ;
  • Projets
    • Miniflipper ;
    • Localisateur de mauvaises herbes open source ;
    • Notificateur d’entrée/sortie ;
    • NOUS : uNdersea visiOn sUrveillance System ;
    • Un oiseau dans la main ;
    • Émulateur Pico pour Commodore 64 ;
    • Moniteur de sirènes de raid aérien ;
    • Synch.Live ;
    • Ferme à champignons Szerafin MM5D ;
    • Vectrex Mini ;
    • Station météo avec IA ;
    • Écran matriciel à fibres optiques ;
  • Tutoriels
    • Apprenez le langage assembleur ARM  - 2 : bienvenue dans le monde des 64 bits ;
    • Apprenez le langage assembleur ARM - 3 : Raspberry Pi Pico ;
    • CDP Studio - 2 : HAT Sense ;
    • ArtEvolver - 1 : conversion d'images et traitement par lots avec ImageMagick ;
    • Fabrication d’un SpecDeck : chargeur de bande numérique pour le ZX Spectrum ;
  • Coup de projecteur : Audio haut de gamme pour le Raspberry Pi ;
  • Interview
    • Interview : Selin Ornek ;
    • Interview : Kevin McAleer ;
  • Banc d’essai
    • CutiePi ;
    • Streamer PecanPi ;
    • StackyPi ;
    • Carte d’enregistrement de la qualité de l’air pour Pico de Kitronik.

Commentaires : voir le flux Atom ouvrir dans le navigateur

15 Sep 12:26

Simplewall, pour configurer WFP (Windows Filtering Platform)

by Korben
linusmag

Ip / SimpleWall à voir.

Sous Windows, il y a un ensemble de services système et une API qui permet aux logiciels de traiter et filtrer l’ensemble du trafic réseau. Cela permet à des firewalls, des logiciels de contrôle parental ou des antivirus de faire leur job en utilisant les API proposées par Windows.

Par exemple, l’outil Simplewall interagit avec WFP et permet ainsi de configurer l’activité réseau de votre PC Windows. Vous pourrez ainsi créer vos propres règles de filtrage y compris sur les services systèmes, mettre en place des listes de blocage pour esquiver la télémétrie de Windows ou encore avoir des logs sur les paquets qui transitent et ceux qui droppent sans raison apparente.

Simplewall est un outil qui vous donnera plus de maitrise sur ce qui transite par votre ordinateur et vous permettra de concocter aux petits oignons ce que vous autorisez ou non. De quoi grandement améliorer votre sécurité.

Simplewall peut également être utilisé en ligne de commande ou en mode portable.

À découvrir ici.

18 Jul 16:08

Breath Lets You Run Ubuntu on Modern Intel Chromebooks

by Joey Sneddon
linusmag

GNU/Linux ;)

This post is not a tutorial or a walkthrough or comprehensive introduction or anything else that would probably be beneficial or helpful to those you reading it. Instead, it’s a bit of a waffle. I’ve just spent a few hours playing with something very cool on my over-powered and under-used Acer Chromebook Spin 13. I’ve scratched an itch I’ve had for the longest time and it’s so satisfying. So, a bit like when I resurrected an ancient Chromebook, I want to tell someone about it — but this time without any weird spooky gifs 😅. Run Linux on Modern Intel […]

This post, Breath Lets You Run Ubuntu on Modern Intel Chromebooks is from OMG! Ubuntu!. Do not reproduce elsewhere without permission.

18 Jul 16:07

Coucou Firefox, ciao Firefox Snap

by dada
linusmag

GNU/Linux :) :)


Je ne suis pas un anti-snap. Je n'ai rien contre cette technologie, ni contre les AppImage ou encore les Flatpak. D'ailleurs, d'après ma mémoire défaillante, je n'ai jamais utilisé de Flatpak et je n'ai que quelques AppImage : PrusaSlicer et Cura.

Par contre, des snap, je m'en sers à travers ma distribution bureautique slash gaming de tous les jours : Ubuntu.

Depuis la 22.04, c'est-à-dire environ 3 mois, je sais que mon système est noyauté par ce machin-là et je m'en fiche, au point de presque passer pour un vilain quand je l'affirme publiquement. Juste, ça marche et c'est tout ce que je demande. Enfin, ça, c'était avant, comme le dit une vielle pub pour des lunettes.

Les soucis

C'est un poncif mais c'est important de le rappeler : dans notre beau monde moderne, un ordinateur de bureau sans navigateur, ça ne sert strictement à rien. Et mon navigateur d'amour, c'est Firefox.

Du coup, quand je ne me suis rendu compte qu'il ne se comportait pas comme je le voulais, j'ai commencé à grincer des dents :
- Un insupportable comportement erratique du curseur
- Plantage plusieurs fois par jour pour un simple redimensionnement de la fenêtre
- Certaines extensions inutilisables
- Mise à jour sans mon accord mettant en PLS mon ADSL

Bref, trop c'est trop : un navigateur instable, c'est un drame. Du coup, ça dégage. Je vous propose un rapide tuto inspiré de Linuxtricks.fr.

Retrouver Firefox sans snap

On supprimer les paquets :
snap remove firefox && apt remove firefox
On vérifie que le snap est bien loin (si y'a rien, c'est bon) :
snap list  | grep firefox
On installe le PPA de Mozilla Team :
add-apt-repository ppa:mozillateam/ppa
On fait un peu de pinning en créant un fichier /etc/apt/preferences.d/firefox-for-nosnaps avec ça dedans :
Package: firefox*
Pin: release o=Ubuntu*
Pin-Priority: -1

Package: *
Pin: release o=LP-PPA-mozillateam
Pin-Priority: 9
Un gros apt update et apt install firefox et c'est tout bon.

Et alors ?

Ça me fatigue de devoir faire ça. Vraiment.
Si je me sers des variantes LTS d'Ubuntu, c'est bien pour être le plus feignant possible. Ne viendez pas me dire que je ferais mieux de me servir de Debian pour de la bureautique, c'est non. Debian tourne sur les serveurs que je gère : chacun son rôle.
Les LTS devraient me permettre d'utiliser un PC avec le moins de bidouille possible et là, j'ai l'impression de me servir d'un fork d'Ubuntu chelou. C'est chiant.

Pour finir ce rapide billet et titiller les pas-contents-des-choix-de-canonical, rappelez-vous que Mir et Unity ont disparu d'eux-mêmes, abandonnés pas une communauté qui a déclaré ne pas y trouver le moindre intérêt. Qui sait, avec Snap, ça va peut-être finir comme ça ? Patience.

27 Jun 11:39

Aéroports saturés, vols annulés, grèves… Vos droits si vous prenez l’avion cet été

by Air-Journal
linusmag

No Plane, No Cry :)

Aéroports saturés, grèves du personnel navigant, vols retardés ou annulés… L’été sera “chaud” pour les vacanciers européens qui ont décidé de voyager en avion prochainement. Quels droits en cas de vol annulé ? Comment réagir face aux grèves ? Le remboursement du vol est-il assuré si vous ne pouvez plus partir ? Le Centre Européen […]

suite de l'article à lire en cliquant sur le titre
27 Jun 11:30

Foundation Review: A Science Fiction Classic Finds Bold New Life

by Jacob Hall
linusmag

Science & Space, Entertainment, Still a new frontier :)

How do you adapt Isaac Asimov's "Foundation"? You can't. 

As written, the novel (and its sequels and prequels) aren't just impenetrable — they're downright un-cinematic. Asimov may have liked writing scenes about men sitting in rooms, having long conversations about societal downfalls and monumental events that have, will, or could happen, but it's hard to imagine a story more ready to die on a screen. It's is a series of novels where people tend to talk about action instead of engaging in it.

So, once again, how do you adapt Isaac Asimov's "Foundation"? You don't. You remix it. You open it up and search the underside of the legendary science fiction writer's heady ideas, finding the character (and the drama and the action and the sex) hidden between the notions of history, science, and philosophy. And you make a TV show about that.

So here we are, with the new "Foundation" TV series premiering this week on Apple TV+, which owes as much to "Game of Thrones" as it does to the most influential sci-fi writer of the 20th century. It's not Asimov's "Foundation" because it cannot be that. But it is the world of those novels reinvented for an audience who already proved willing to learn the great houses of Westeros, to showcase tremendous patience across an often-methodically paced season that doles out enough sex and violence to keep your attention as the many rules of a complex universe come into focus.

And it works.

The End Is Nigh

To describe the plot of "Foundation" is to realize why adapting it was such a headache. 

Mathematician Hari Seldon (Jared Harris) — a citizen of a galactic republic that sprawls across the known universe in a distant future where humanity has spread across hundreds of planets and created countless subcultures — looks at the numbers and sees the end of the world. Or rather, the end of the empire, and the civilization(s) it protects and dominates. His creation, mathematical equations that predict the future with eerie accuracy (dubbed "psycho-history"), gains traction. Those in power take notice, and they're not happy. After all, Hari says the empire will collapse, many lifetimes from now. But if they build the right infrastructure, they can shorten the impending dark age, allowing their distant, distant descendants the chance to build anew.

The resulting narrative first spans decades. And then centuries. And then many centuries. When you watch "Foundation," you learn to thrill at titles telling you "400 years earlier," "19 years later," and so on. The timeline here is a hoot.

It's heavy. It's a lot. And yes, this is a series about preparing for the distant apocalypse because it's too late to save the current infrastructure. Asimov wrote his first "Foundation" story in the 1940s, long before anyone could've seen the world seemingly crumbling in the midst of climate change and a global pandemic. Watching Hari, a man defined by hard facts and numbers, fail to earn the ear and support of those in charge hits hard. And Harris gives the character the same dignity he gave his Soviet scientist in HBO's "Chernobyl." He's become the go-to actor to play intelligent men who stand their ground in the face of powerful foes who bury their heads in the sand.

The subtext floats just above the surface, frequently emerging from below the waves to make its point clear. "Foundation" wants you to know what it's all about. It's science fiction as a call to action, about it not being too late.

A Massive Universe

While the show orbits around Hari and his ideas (and Harris is a strong enough actor to anchor the show's premise), showrunner David S. Goyer and his writers offer many other windows into this universe. There's Gaal Dornick (Lou Llobell, shouldering the weight of a POV character with an appealing, low-simmering rage), a math wiz who flees persecution on her religious planet to work alongside Hari and gets more than she bargained for. There's Salvor Hardin (Leah Harvey, enough angst and earnestness to win our instant affection), a "warden" (think space cop) on an isolated planet who lives decades in the future and whose plot ultimately intersects with the other storylines as the action shifts back and forth across the years.

These characters represent the canniest departure from the original text. The almost entirely male cast of the books has been largely gender-swapped, with people of color filling out key roles and numerous supporting characters. It's easy to imagine a certain subset of science fiction fan rolling their eyes at the "wokeness" of this choice, but it's a creative choice that pays dividends.

The result of this casting is a universe that feels modern, sprawling, and, you know, vast. A single frame of "Foundation" suggests a galaxy so sweeping, so filled with different cultures, that you can't help but get lost in it. (It helps that the show is downright lavish, and Goyer and his directors making fine use of Apple's Scrooge McDuck money to make it all look appropriately cinematic.)

The Pace Of It All

Llobell and Harvey are the audience's way into the story, our eyes and ears as the scripts introduce us to the rules of this world. So leave it to Lee Pace to find all of the remaining scenery and place it firmly between his teeth. The "Guardians of the Galaxy" actor is perfectly cast as Cleon, the literal emperor of the galaxy, his deep voice and intimidating build (and his opulent costumes, a standout in a series filled with inspired looks for every character) making him look and feel like a marble sculpture of a Roman god come to life. And Pace doesn't just play one character, but several — his emperor is the latest in a generation of clones, all descended from the same ruler who decided to literally keep the empire in his hands.

He rules alongside the older clone who came before him and the young clone who will take the throne when he ages, leading to a sinister and fascinating triumvirate. Pace shares the role with Cassian Bilton, Terrance Mann, and Cooper Carter, and their combined performances form a magic trick — you watch as the years pass and Carter's Cleon takes the place of Pace's Cleon, and Pace's Cleon is then played by Mann, before cycling through again. Tracking the Cleons could've been a nightmare, but it ends up being the show's most satisfying and strange narrative. An extended prologue in episode three explores what happens to an aged Cleon clone, and it's the kind of mesmerizing short story that defines the best episodes of "Foundation" so far.

The series is at its best when it finds these diversions and indulges itself. This universe is massive, and the show wants us to live in it.

Breaking The Gateway

If it sounds like I'm dodging a lot of plot here, well, I am. Part of that is knowing how the season unfolds (I have seen the first eight episodes of the 10 episode season) and not wanting to spoil it. But most of it, honestly, is because "Foundation" is at its best when it plants its feet in a single location for a bit and lets these characters exist in this rich, detailed universe. 

Looking nothing like "Star Wars" or "Star Trek" or "Battlestar Galactica," "Foundation" feels designed from a fresh place, pulled out from a corner of the imagination not yet mined. There are some familiar shades here and there (the Roman Empire in Cleon's court, the video game "Destiny" on Terminus), but it mostly feels fresh, like when we first started watching "Game of Thrones" and realized, so quickly, this wasn't Tolkien's fantasy world. It was something new.

Asimov purists will scoff, and that's their right. "Foundation" is full of gunfights and burning romance, dramatic plot reveals and sexy actors allowed to be sexy. It pauses to philosophize, but it also pauses for big, violent action and swimming pool make-out sessions. This isn't Asimov. This is the unsaid stuff between the chapters of Asimov that he probably thought too lurid, too pulpy, too simple.

But I'm reminded of how Peter Jackson approached his "Lord of the Rings" films. That trilogy isn't J.R.R. Tolkien. It's Tolkien and "Dungeons & Dragons" and thousands of pieces of art inspired by the original work and countless hours of dreaming about what Middle-earth looks like. Those movies, masterpieces all of them, built a personal, accessible vision of a complicated world. It took something tricky and made it for everyone. "Foundation" has similar gateway-demolishing goals.

It's Not Asimov – And That's Okay

I won't say "Foundation" is a masterpiece. It shares that "Game of Thrones" scope, but also its weaknesses, spinning wheels in the middle of the season to maneuver characters into place for a series of climaxes. Episodes blend into one another, and it's tough to recall which episode is which, a weakness common in the age of streaming and binge-watching. It's easy to imagine a tighter season, a more disciplined structure, that tightens the water-treading. It's ironic that the core storyline is the one that sometimes drags, while the subplots and asides are the ones that resonate.

"Foundation" has been reinvented as something more accessible, more vibrant, more action-driven, sexier, and yes, more fun in the traditional sense of the word. 

Asimov purists will cry foul. The rest of us will enjoy the ride.

Read this next: Foundation Was Considered Impossible To Adapt – Here's How David S. Goyer Did It [Interview]

The post Foundation Review: A Science Fiction Classic Finds Bold New Life appeared first on /Film.

27 Jun 11:29

Isaac Asimov's Foundation

by Mark Alexander
linusmag

Science & Space with Entertainment, a new frontier :)

Unlike DUNE, which I've read a dozen times or more, I've never been able to make it past the first fifty pages or so of Isaac Asimov's Foundation. It's not from lack of trying. At the risk of being branded a heretic, the story just didn't engage me the way other science fiction has.

Nonetheless, I was excited to hear of Apple TV+'s series based on Asimov's books, and basically coming into this cold, after seeing the first two episodes, I came away pretty damn impressed. Reviews are saying it deviates from the source material, but having never read the source material, I am nonetheless entertained and have been drawn into the story. The cast is outstanding and the visuals are among the best I've seen on the small screen. (I especially like the design of the FTL starships, generating their own black holes!)

I'm eagerly awaiting more. Unfortunately Apple doesn't let you binge until the season has run its course, so like with regular broadcast TV, I have to wait another week for the next installment.

18 Apr 19:02

La Commission Copie Privée reformée et prête à poursuivre ses travaux

linusmag

!! €€ !!

Un arrêté publié ce matin au Journal officiel vient de distribuer les sièges en Commission Copie privée. Il consacre l’arrivée des reconditionneurs autour de la table, parmi d’autres particularismes. L'instance au complet va pouvoir désormais se consacrer aux prochains sujets, tous favorables à une augmentation des flux. 

Son mandat de président s’est arrêté le 18 septembre 2021. Jean Musitelli, autrefois à la tête de l’Autorité de régulation des mesures techniques de protection, l’ancêtre de la Hadopi, également prix de la diversité culturelle de la SACD en 2011, a été remplacé le 6 novembre 2021 par Thomas Andrieu

Le nouveau président de la Commission Copie Privée fut rapporteur au Conseil d’État dans deux dossiers relatifs à ce sujet, les affaires Archos et Molotov, où la juridiction administrative a jugé que le stream ripping, à partir de flux licite, relevait du périmètre de cette ponction perçue par les sociétés de gestion collectives, comme la SACEM, ou la SACD.

Une autre épine restait plantée dans le pied de cette commission chargée de détailler les barèmes (taux et assiettes) du prélèvement sur les supports vierges : depuis novembre 2021, la Commission n’a pu se réunir, faute de nomination de ses nouveaux membres.

Théoriquement, cette commission est présentée comme une belle institution équilibrée. Une « commission paritaire », indique Copie France, la société chargée de la collecte de ces sommes (près de 300 millions d’euros par an désormais).

Elle comprend en effet douze représentants des bénéficiaires (ceux qui perçoivent) et douze redevables (ceux qui payent). Ce dernier collège est cependant subdivisé en deux, avec six représentants des industriels (fabricants, importateurs, personnes réalisant des acquisitions intracommunautaires de supports) et six représentants des consommateurs.

Il ne faut cependant pas être grand stratège pour comprendre que ces six consommateurs ne partagent pas les mêmes intérêts que les six industriels, quand dans le camp d’en face, l’unité et la solidarité sont la règle. De plus, si les industriels convainquent une (1) personne d’un des autres camps, ils n’obtiennent que 7 voix sur 24 quand, dans ce même scénario, les ayants droit sont assurés d’avoir la majorité absolue.

Ce rappel permet de comprendre pourquoi la Commission a traversé une nouvelle fois une longue crise lors de la précédente formation, avec l’absence persistante de trois associations de consommateurs (CNAFC, CSF et Familles rurales), qui ont préféré déserter cette instance plutôt que d’y perdre du temps. Une carence qui a plus encore accentué le déséquilibre en faveur des 12 ayants droit.

La situation avait été épinglée une énième fois lors d’une des dernières séances de la Commission copie privée. Pour résoudre ce problème de chaises vides, la solution finalement choisie par le ministère de la Culture a été celle qu’avait soufflée Bruno Boutleux, le président de l’ADAMI, une des sociétés bénéficiaires.

Deux sièges pour chacune des trois associations les plus assidues

Le 30 juin 2021, il avait proposé « d’attribuer un second siège à chacune des trois organisations de consommateurs qui participent de façon assidue aux travaux de la Commission ». Ce matin au Journal officiel, un arrêté vient donc doubler le nombre de sièges au profit des trois associations les plus assidues :

  • L'ADEIC, association de défense, d'éducation et d'information du consommateur : 2 titulaires et 2 suppléants
  • L'AFOC, association force ouvrière consommateurs : 2 titulaires et 2 suppléants
  • L'INDECOSA-CGT, association pour l'information et la défense des consommateurs salariés  : 2 titulaires et 2 suppléants

Particularisme : L’ADEIC et l’INDECOSA-CGT sont les deux seules associations de consommateurs qui avaient voté en faveur de l’assujettissement des supports reconditionnés et d’occasion le 1er juin 2021. L’AFOC, elle, s’était abstenue, contrairement à Jean Musitelli qui avait voté « pour », comme le montre ce compte rendu : 

vote reconditionné

La cause des consommateurs

Les propos tenus en Commission, retracés dans les comptes rendus synthétiques, donnent quelques indices sur la manière dont l’ADEIC et l’INDECOSA-CGT ont défendu ces derniers mois la cause des consommateurs.

Quelques exemples. Le 2 février 2021 (copie ci-dessous), Julie Vanhille, représentante de l’ADEIC, doutait de l’opportunité de réaliser une étude d’usage sur les téléphones reconditionnés, avec un argument de poids : elle possède « un téléphone neuf et un téléphone reconditionné qu’elle utilise de la même façon ». 

Elle rejoignait alors les thèses des ayants droit lorsqu’elle avança que « l’assujettissement [des smartphones] a été mis en place lorsque les reconditionnés n’existaient pas ». Et « selon elle, tous les téléphones portables vendus sont assujettis à la RCP, y compris, pour le moment, les téléphones reconditionnés ».

Elle ne citait donc pas les arguments juridiques s’opposant à un tel assujettissement. Pourtant, selon l’article L311-4 du Code de la propriété intellectuelle, dans sa version en vigueur à l’époque, la redevance doit être versée par le fabricant ou l'importateur qui réalisent des acquisitions de supports d'enregistrement « utilisables pour la reproduction à usage privé d'oeuvres, lors de la mise en circulation en France de ces supports ». Or, le Code civil prévient qu’un produit ne fait l’objet que d’une « seule mise en circulation ». Est-il du coup vraiment possible de frapper plusieurs fois le même produit ? 

ADEIC

Autre exemple. Dans le compte rendu du 14 octobre 2020, Franck Lavanture, le représentant cette fois d’INDECOSA-CGT, avait trouvé une astuce pour faire revenir les consommateurs autour de la table de la commission : « il serait intéressant que soit […] mises en avant les finalités culturelles du dispositif de rémunération pour copie privée. Cela pourrait peut-être encourager les consommateurs à revenir ». 

De même, en 2019, lorsque plusieurs associations avaient menacé de démissionner de la Commission, faute de peser dans les débats, Franck Lavanture avait tenu au contraire à relativiser le poids de la redevance sur le porte-monnaie du consommateur. Joint par Next INpact, il nous rappelait que chaque consommateur bénéficie d’effets indirects dans cette perception, à savoir le financement des festivals par les 25 % de la redevance.

Pour obtenir les coordonnées téléphoniques de ce représentant, l’Indecosa-CGT nous avait invités à contacter la Fédération nationale des syndicats du spectacle du cinéma et de l’audiovisuel et de l’action culturelle (Fédération du Spectacle CGT), qui nous avait renvoyés devant le SYNPTAC-CGT, le syndicat des professionnels du théâtre et des activités culturelles.

Et Franck Lavanture de nous confirmer avoir travaillé auparavant « dans les organismes sociaux de l’action culturelle ». Il avait cependant insisté pour nous expliquer qu’Indecosa-CGT est un solide porte-parole des consommateurs.

L’arrivée des reconditionneurs

Outre le doublement des sièges des associations les plus assidues, une autre nouveauté de l’arrêté publié ce matin : l’arrivée des reconditionneurs. Le collège des industriels est désormais ainsi composé :

  • AFNUM, Alliance française des industries du numérique : 3 titulaires et 3 suppléants
  • FFT, Fédération française des télécoms : 1 titulaire et 1 suppléant
  • SECIMAVI, Syndicat des entreprises de commerce international de matériel audio, vidéo et informatique grand public  : 1 titulaire et 1 suppléant
  • Rcube, Fédération des acteurs du réemploi : 1 titulaire
  • SIRRMIET, Syndicat interprofessionnel du reconditionnement et de la régénération des matériels informatiques, électroniques et télécoms : 1 suppléant

RCube, Fédération professionnelle du Réemploi et de la Réparation, se voit donc attribuer un siège, avec SIRRMIET comme suppléante. Cette arrivée fait naturellement suite à l’extension de la redevance copie privée aux produits remis sur le marché, votée le 1er juin 2021 par les 12 ayants droit, épaulés par les voix de l’ADEIC et l’INDECOSA-CGT et du président Musitelli. Une extension solidifiée juridiquement par la loi sur l’empreinte environnementale du numérique, grâce à un amendement porté par le gouvernement

Au cœur de cette instance, les acteurs du reconditionné et de l’occasion vont ainsi pouvoir défendre leurs intérêts, du moins depuis un siège sur les 24 présents.

Relevons un autre point : depuis 2018, la Fédération Française des Télécoms disposait de deux sièges au sein de la structure, l’AFNUM trois sieges, le SECIMAVI un seul siège. 

Pour cette nouvelle saison, situation inchangée pour ces deux derniers acteurs, mais la FFT perd un siège alors que selon ses chiffres 2020, elle avait versé aux ayants droit 112 millions d’euros de redevance copie privée, sur les 295 millions collectés cette année.

Prochains sujets : les PC, le cloud

Avec son nouveau président et des sièges réattribués, la Commission va désormais pouvoir reprendre sa route, avec comme premier prochain sujet l’extension du champ de la redevance aux ordinateurs fixes, aux ordinateurs portables et aux disques durs nus.

En septembre 2021, l’Institut CSA, choisi pour sonder les pratiques sur ces segments, a remis à la Commission Copie Privée ses trois études d’usages.

Selon nos informations, elle a évidemment trouvé des traces de fichiers (images, photos, dessins, enregistrements sonores et titres musicaux, films, vidéos, programmes TV, livres, textes, paroles de chanson, et articles de presse).

Si les ayants droit considèrent qu’il s’agit de copies privées devant être indemnisées, ils n'auront besoin que d’une seule petite voix pour imposer leur doctrine avant de percevoir davantage encore.

Autre sujet qui ne tardera pas à surgir : celui de la copie privée dans le cloud. La Cour de justice de l’UE vient de reconnaître que cet univers pouvait être frappé, à charge pour les ayants droit de faire payer les prestataires ou bien d’alourdir la note sur les supports physiques. Et comme révélé dans nos colonnes, la startup-nation a plaidé en faveur de cet assujettissement. 

03 Mar 15:55

QuickEmu – Des VM Linux, macOS et Windows en 2 commandes

by Korben

Si vous aimez jouer avec des machines virtuelles, ça vous dirait de remplacer ce bon vieux VirtualBox par Qemu ?

« Oui mais Qemu c’est compliqué », vous allez me dire. Et bien non, si vous utilisez QuickEmu.

Ce script pour Linux permet de créer et de faire tourner des VM desktop Linux, macOS et Windows avec simplement 2 commandes. L’objectif étant de permettre facilement de tester des distribs sans logiciel trop lourd.

Mais avant, pour installer Quickemu sous Ubuntu, ajoutez le dépôt suivant :

sudo apt-add-repository ppa:flexiondotorg/quickemu
sudo apt update
sudo apt install quickemu

Mais vous pouvez également récupérer les sources, toutefois y’a pas mal de dépendances à installer.

Ensuite pour créer la VM, lancez quickget suivi de l’OS que vous voulez + son parfum.

quickget ubuntu-mate impish

Et lancez la vm comme ceci :

quickemu --vm ubuntu-mate-impish.conf

Bon, là c’est pour un Linux. D’ailleurs, voici les Linux supportés :

  • kubuntu
  • lubuntu
  • ubuntu-budgie
  • ubuntu-kylin
  • ubuntu-mate
  • ubuntu-studio
  • xubuntu
  • alma
  • archlinux
  • debian
  • elementary
  • fedora
  • garuda
  • kali
  • kdeneon
  • linuxmint
  • nixos
  • opensuse
  • oraclelinux
  • popos
  • regolith
  • rockylinux
  • zorin

Et vous pouvez également télécharger une ISO et faire votre fichier de conf maison comme ceci en spécifiant l’image de démarrage (qcow2 dans l’exemple) et l’ISO :

guest_os="linux"
disk_img="debian-bullseye/disk.qcow2"
iso="debian-bullseye/firmware-11.0.0-amd64-DVD-1.iso"

Et si vous voulez lancer un Windows 11, c’est comme ceci :

quickget windows 11
quickemu --vm windows-11.conf

Et pour macOS (Catalina dans l’exemple) :

quickget macos catalina
quickemu --vm macos-catalina.conf

Et même punition pour FreeBSD…

quickget freebsd 13_0
quickemu --vm freebsd-13_0.conf

Et pour ceux qui n’aiment vraiment pas la ligne de commande, un autre développeur a mis au point une interface graphique pour Quickemu qui s’appelle Quickgui.

11 Jan 12:42

Afficher les vignettes des photos et vidéos dans Nautilus

linusmag

une image vaut mieux qu'un long discours :)

Hello

Juste un billet pour me rappeler d'une astuce.

Si dans Nautilus vous n'avez pas les vignettes des photos et vidéos, il vous manque peut être ffmpegthumbnailer.

Sous Gentoo, un simple

Code BASH :
emerge -av media-video/ffmpegthumbnailer


Et hop une fois le gestionnaire de fichiers relancé, les vignettes sont affichées !
04 Nov 12:06

Windows 10/11 : un raccourci clavier pour le HDR

linusmag

Toujours bon à savoir :)

L'équipe en charge du développement de DirectX vient de faire le point sur les dernières nouveautés introduites et évoque la possibilité de presser les touches Windows + Alt + B (pour Beautiful) afin d'activer ce mode de rendu.

Cela fonctionne à partir de la version 19H2 de Windows 10, la dernière version de la Xbox Game Bar (5.7121.0) donnant également un accès direct à ce paramètre. 

26 Oct 16:08

Hacks : un Firefox plus rapide et respectueux de la vie privée

by Denis Szalkowski
linusmag

\o0/

Un Firefox plus rapide et plus respectueux de la vie privéeJe vous délivre ici une compilation de toute une série de hacks afin de rendre Firefox plus rapide et plus respectueux de votre vie privée.
18 Oct 06:28

Installer macOS (VM) sous Linux en 1 seule ligne de commande

by Korben
linusmag

VM :)

Si vous êtes utilisateur de Linux et que vous voulez profiter d’une petite VM MacOS pour essayer ou utiliser des outils conçus pour l’OS d’Apple, j’ai ce qu’il vous faut.

C’est un projet qui s’appelle Sosumi et qui permet de télécharger et installer une machine virtuelle (VM Qemu) macOS sous Linux avec une simple ligne de commande.

Alors comment ça fonctionne ?

Et bien, ouvrez un terminal, et installez snap si vous ne l’avez pas encore :

sudo apt update
sudo apt install snapd

Ensuite, pour installer Sosumi, vous n’aurez qu’à entrer la commande :

sudo snap install sosumi

Ensuite, lancez Sosumi à partir de votre terminal et la VM démarrera. Allez ensuite dans utilitaire de disque de macOS, formatez alors le disque dur virtuel principal puis lancez le programme d’installation.

Et voilà, vous aurez un beau macOS dans une VM.

Pour personnaliser un peu l’install, ça se passe dans le fichier :

~/snap/sosumi/common/launch

Amusez-vous bien !

18 Oct 06:27

How to use youtube-dl to download multiple YouTube, playlist or channel videos

by Martin Brinkmann


You have a lot of options when it comes to downloading YouTube videos or videos from other video sites. One of the most advanced programs for that kind of task is youtube-dl. Since it is a command line program, it may not be the first choice for users who don't feel comfortable running commands on the command line.

While that is understandable, especially for single videos that you may want to download, you may miss out on one of the best tools that is available today. One of youtube-dl's strengths is the ability to download multiple videos from all supported sites.

This guide provides you with actionable information to get started downloading multiple videos with a single command. You may download videos using a list of video URLS, videos from a channel or videos from playlists using the method.

Before you can start using youtube-dl, you need to download the tool to your device. Instructions in this guide focus on the Windows version, but youtube-dl is also available for other operating systems.

Head over to the official site and download the Windows executable file and, if not installed, the Microsoft Visual C++ 2010 Service Pack 1 Redistributable Package (x86), which is required to run the tool on Windows.

Open a command prompt window by selecting Start, typing cmd, and selecting Command Prompt.  If you have saved the file to the Downloads directory, switch to it with the command cd Downloads (provided that you are in your user folder).

Download YouTube videos using a batch file

youtube dl download videos

If you want to download multiple video files that are not related to each other, e.g. from a single playlist file or channel, you may use a text file with video URLs to download the videos using youtube-dl. Just create a new text file, name it downloads.txt, and add one YouTube video URL per line to it.

The main command is youtube-dl --verbose -ci --download-archive "c:\users\mart\Downloads\archive.txt" --batch-file=download.txt

The command requires explanation:

  • --verbose displays what youtube-dl does in the command line window. It is not needed, but is useful to make sure everything is working as intended.
  • -c forces the downloader to resume partially downloaded video files.
  • -i instructs the downloader to ignore errors.
  • --download-archive "path" creates a text file in the specified location that logs all downloaded videos to avoid downloading them multiple times and for record keeping.
  • --batch-file=download.txt is the text file that contains the video URLs that you want to download.

The program downloads the best format that is available automatically, but you can customize that as well, especially if ffmpeg is available.

Download all videos from a YouTube channel

download youtube channel videos

The core commands are identical, but instead of using a text file containing a list of video URLs, you point the downloader to a playlist URL for the downloading.

Run youtube-dl --verbose -ci --download-archive "c:\users\mart\Downloads\archive.txt" https://www.youtube.com/channel/UCaCE5pzy49M8nQ59plgmFOA this time.

The text file reference has been removed and replaced by the channel URL link. The program will download all videos from that particular channel; make sure you have enough free space no the device.

You need to replace the channel URL with the URL of the channel that you are interested in.

Download all videos from a YouTube playlist

download youtube playlists

Downloading videos from a playlist works similarly. Just replace the channel URL from the example above with a playlist URL, and youtube-dl will download all the linked videos from the specified playlist.

Run youtube-dl --verbose -ci --download-archive "c:\users\mart\Downloads\archive.txt" https://www.youtube.com/playlist?list=PLLC5in1RaYdgmCRPhtTgm4tnnrnQQuHxq.

Closing Words

You may check out the entire command reference on the project's GitHub project site. Options include formatting the names of the downloaded video files, downloading thumbnails, encoding videos, downloading specific formats, and a lot more.

Thank you for being a Ghacks reader. The post How to use youtube-dl to download multiple YouTube, playlist or channel videos appeared first on gHacks Technology News.

12 Oct 17:42

Comment sauvegarder et restaurer vos drivers sous Windows 10 & 11 ?

by Korben
linusmag

Drv <3

Si vous avez monté votre propre PC sous Windows, vous avez peut-être passé un peu de temps à sélectionner les bons drivers. En effet, Windows propose par défaut des pilotes génériques pour pas mal de matos, mais les rois et les reines de la config savent qu’entre deux versions d’un même driver ou entre un driver générique et celui du constructeur, on n’a pas forcément les mêmes performances ni les mêmes possibilités.

Seulement, un ordinateur il faut parfois le formater et le réinstaller. C’est-à-dire réinstaller Windows et remettre tous les drivers qu’on avait passé du temps à sélectionner et à installer.

Heureusement, sous Windows 10 et Windows 11, il est possible d’exporter les pilotes en place pour en conserver une sauvegarde et pouvoir les restaurer en cas de besoin. Et cela est possible avec la commande DSIM.

Voici donc comment l’utiliser. Avant tout, créez un dossier sur votre disque dur où vous souhaitez sauvegarder vos drivers (exemple : D:\Drivers sur une clé USB). Puis lancez ensuite un terminal en tant qu’Administrateur puis entrez la commande suivante :

Dism /online /export-driver /destination:D:\Drivers

Chaque driver actuellement utilisé sur la machine sera alors exporté dans ce répertoire.

Ensuite, lorsque vous voudrez restaurer ces pilotes pour les replacer sur un système fraîchement installé, il faudra utiliser la commande suivante :

Dism /online /Add-Driver /Driver:D:\Drivers /Recurse

Ce n’est pas plus compliqué que ça et comme cette commande est intégrable dans vos scripts, ça peut permettre de programmer des sauvegardes régulières de vos drivers.

Enfin, si vous voulez gérer vos sauvegardes de drivers de manière un peu plus visuelle, il existe un utilitaire déjà un peu ancien, mais qui fonctionne très bien qui s’appelle DriveStoreExplorer et qui va vous permettre de lister, ajouter, installer ou encore supprimer des éléments du « driver store » de Windows.

Source